vendredi 23 janvier 2015

Comment va Chatouille?


Chers amis,

Je grossis... Mais c'est que j'ai un appétit vorace (vous savez la faim que l'on a quand on a le goût de quelquechose qu'on arrive pas à bouffer?)


Moi, c'est ce gros rat (?) avec la jolie queue... Tous les jours, il me nargue et j'ai faim!

2015-01-012

Elle a beau me dire que c'est de l'écureuil, je ne suis pas dupe! Je sais faire la différence entre les pizzaburgers ou les côtelettes d'agneau et l'écureuil! Et puisque j'ai faim, je bouffe tout! Mais tout, même le beurre à l'ail et les oeufs à la coque!



J'aime bien quand Elle joue avec la nourriture. Tout dans la cuisine m'intéresse. Elle m'appelle une Foodie. C'est quoi au juste une Foodie?


Elle a de drôles d'idées de décoration. Elle m'a installé un perchoir. À croire qu'elle croit que je suis un oiseau! Elle me dit que c'est un grattoir... pour que je me fasse les griffes!



Puis elle a peur que les meubles aient froid! Elle les a tous emmitoufflés. Il ne reste plus de courtepointes dans la lingerie!


Petit à petit, je m'y fais. J'arrive même à m'amuser... Il y a beaucoup de bibelots et surtout il y a des pieds qui se cachent sous les jettés. Je fais semblant que ce sont des rats avec des jolies queues et je m'exerce à les chasser.



Somme toute, je m'y fais.

Chatouille

P.S. Vous voulez la recette des pizzaburgers? Elle a préparé des tranches de baguette beurrées au beurre à l'ail. Elle a cuit des boulettes de viande hachée. Elle les a déposées sur les tranches de pain beurré dans un plat allant au four. Elle a nappé les boulettes de sauce bolognaise (elle m'a dit qu'on pouvait simplement metre une sauce tomate aussi) et elle a disposé du fromage sur le dessus (il y avait du cheddar au frigo). Elle a enfourné dans un four à 350 F pendant une vingtaine de minutes. Elle a servi avec une salade de persil (j'ai goûté le persil, mais j'ai préféré le pizzaburger).

lundi 19 janvier 2015

Mouclade au curry


Avez-vous eu le plaisir de conduire la voiture tôt ce matin? Et faisait-il le temps qu'il faisait chez moi? Grésil durant la nuit et une fine couche de neige collante, lourde... paysage féérique, branches d'arbres toutes arc-boutées... routes à vous damner... plusieurs voitures avaient les pattes en l'air et le nez dans le fossé. 

Après un début aussi difficile, aussi bien se ménager pour le repas du dîner en faisant une mouclade (et surtout en retirant les moules cuites de leur coquillage avant de les mettre dans l'assiette!


Ai-je besoin de vous expliquer comment nettoyer les moules et comment les cuire? Bon, allez! Regardez ce petit vidéo, car une image vaut mille mots...


J'avais des moules bleues de Terre-Neuve élevées sur la corde. J'ai émincé une belle échalotte. J'ai fait revenir l'échalotte dans une grande casserole, puis j'ai ajouté un verre de vin blanc. J'ai fait évaporer l'alcool, puis j'ai ajouté les moules et le poivre fraichement moulu avant de refermer la cssserole et de cuire les moules.

Une fois les moules cuites, je les ai décortiquées et réservées. J'ai fait réduire le liquide de cuisson pour qu'il n'en reste qu'un quart de verre. J'ai ajouté du curry (dans mon cas, 2 cuillers à café puisque le curry que j'utilise est assez fort), puis 250 ml de crème fraîche liquide. J'ai monté à ébullition pour faire épaissir la crème, puis j'ai rectifié l'assaisonnement en sel. J'ai retourné les moules dans la sauce, le temps de les réchauffer.

Poussant la fainéantise jusqu'au bout, j'ai dégusté mes moules avec un quignon de pain.

Si le froid se réinstalle cette nuit, nous irons patiner sur la route demain! Ménagez vos forces!

mercredi 14 janvier 2015

Un chef étoilé, un lieu mythique et une recette


Je n'aurais jamais pu accompagner ma mère dans ses presque sept années de maladie si je n'avais pas eu l'aide de Liliane que j'ai rencontrée grâce à ce blogue. Au fil des ans, Liliane a généreusement prodigué conseils et soutien. Nous avons bénéficié, maman et moi, de ses connaissances d'infirmière en neurologie et en gériatrie. Au moindre souci, j'appelais à l'aide et Liliane répondait.

 P1150821
Liliane est gourmande et excellente cuisinière. Je suis gourmande. Quoi de mieux qu'un cours de cuisine en guise de remerciement? Oui, mais où? L'idée m'est enfin venue de mes parents... ils avaient gardé un excellent souvenir d'un séjour à l'Oustau de Baumanière et, comble de chance, le chef étoilé Jean-André Charial y donnait un cours juste au moment où j'étais chez Liliane. Ne faisant ni un, ni deux, j'ai réservé nos places. Au menu? Préparation du dîner de Noël... oursins, huîtres, saint-jacques, filet de cerf, sauce grand veneur et bûche. Ce fut un de plusieurs dîners de Noêl que j'ai eu le plaisir de déguster sous les bons soins de l'Oustau, de Brigitte et Sylviane et de Liliane. 

P1150805

Malgré la pluie battante, le vent et la nuit tombée, le charme de l'Oustau se fait vite sentir. À l'intérieur, il fait bon. L'accueil est chaleureux et attentionné. Le décor est exquis. Le ton est juste.

P1150809-002

Même si nous sommes arrivées tard, notre table nous attend et sous l'oeil de ma mère (que nous appelions la lionne) nous dînons de pigeon, de saint-jacques, de chocolat et de fruits confits. La cuisine de Baumanière est empreinte d'un dosage savant des saveurs. Du curry dans le potage? On le devine plus qu'on le sent - juste assez, mais pas trop. S'ensuit une cuisine toute en rondeur, toute en saveurs qui satisfait pleinement. En d'autres mots, c'est très très bon.


Rassasiées, endorphines stimulées, heureuses de notre sort, nous nous mettons au lit dans la chambre sous les combles. Le cours débute tôt le matin suivant...


Une bonne quinzaine d'étudiants se massent autour de l'ilôt central...

P1150832

Carnets de notes, appareils photos, écoute attentive et mains à la pâte...

P1150848

P1150840



P1150855

P1150878

P1150875

Nous goûtons bien sûr ce que nous préparons. Encore là, rondeur des saveurs, dosage savant et parfait, explications claires... on croirait (presque) qu'il sera possible de reproduire chez soi, sans la direction subtile des maîtres d'oeuvre... Pendant ce temps, la brigade de l'Oustau prépare sa version du menu festif. On passe à table...




Et c'est là qu'on prend conscience que les mets font partie d'un tout... le lieu et son décor, la table, le service, les vins, l'imagination et le savoir-faire du chef, la préparation et la présentation (sublimes) des aliments, tous ces éléments visant à créer un espace propice à la convivialité qui reste gravée dans la mémoire.



P1150811

Au petit-matin, j'avais ouvert la fenêtre sur un paysage comme ceux que j'imaginais décrits par Giono. Vint s'ajouter à la présence de ma mère, celle de mon père, car c'est dans Le hussard sur le toit que j'avais compris son code d'honneur. Et c'est à Baumanière qui tourne le dos au Val d'enfer que j'ai pu fermer le chapitre terrible de la maladie de ma mère pour laisser place à un souvenir plus juste, plus complet.

P1150925

Vous voulez voir ce dont je parle quand je dis que la cuisine de Jean-André Charial en est une de plénitude et de surprises? Essayez sa soupe de poivron au gingembre...


Voici ses explications sur comment procéder...



À la soupe!


dimanche 11 janvier 2015

La guérison de Marianne

Vive Charlie
Vivent les libertés démocratiques
Vivent les gens qui résistent à la violence et au terrorisme
Vivent les crayons et les marches de solidarité
Je suis Marianne

jeudi 1 janvier 2015

Bonne année


Mon seul désir?
Que l'année qui commence en soit une empreinte de santé, de prospérité et de joie pour tous.