mardi 24 juin 2008

Endimancher l'ordinaire -- Making Every Day Special

100_7764
photo Gato Azul

J'aurais pu, après le high Clapton, vous faire retomber radicalement en vous servant un peu de chant grégorien. Le choc aurait sûrement été trop brutal. Je vous fais donc redescendre doucement en passant par les USA avec Natalie Cole et un peu de smooth jazz. On réintègre l'ordinaire, ou pour emprunter à l'anglais, on rentre dans le groove. Mais l'ordinaire a-t-il besoin d'être ordinaire? On manque de temps pour y penser, on manque de temps pour l'égayer et souvent, on est tellement fatiguée qu'on n'en a tout simplement pas le goût...
I could have, after the Clapton high, gotten you down to earth drastically with some Gregorian chant. The crash would probably have been too great. So let's land more smoothly, hovering over the States with Natalie Cole and a bit of smooth jazz. And so we get back into an every day kind of groove. But does every day living have to be a groove? We have no time to think about it, no time to make it better and, most of the time, we're just too tired to feel like it.

100_7761
photo Gato Azul

Lorsque j'ai eu mon premier appartement, en plein centre-ville de Montréal, je ne cuisinais presque pas. Je dînais à l'extérieur ou je me faisais un simple sandwich rapide, mangé sur le bout du comptoir. Puis j'ai lu un livre déterminant intitulé Living Alone And Liking It (vivre seul et y prendre goût). Je vous fais grâce du contenu, et je saute à la conclusion... il faut se traiter royalement dans la vie car nous sommes, pour nous-même, la personne la plus importante qui soit. De là, l'art d'agrémenter l'ordinaire. Une simple boulette de steak haché, une généreuse poignée d'herbes fraîches (vous dites ne pas jardiner ou ne pas avoir d'espace? les fines herbes sont généreuses à souhait, donnez-leur un peu de terre, de l'eau, un rayon de soleil et elles vous enchanteront - un seuil de fenêtre leur suffit), un verre de jus de tomates, quelques oignons nouveaux, un poivron doux, un peu de sauce piquante ou de poudre de piment et vous avez une sauce à la Delmonico. Servez avec une purée de pommes de terre pleine de ciboulette ciselée et vous avez un repas goûteux qui sort de l'ordinaire. Pour faire la sauce, après avoir cuit votre boulette de steak haché, réservez-la, faites sauter les oignons nouveaux et le poivron coupés en dés, ajouter le jus de tomate, la sauce piquante ou la poudre de piment, laissez réduire et, au dernier moment retournez la boulette de steak haché pour réchauffer après avoir ajouté les fines herbes hachées.
When I got my first appartment, in the heart of downtown Montreal, I hardly cooked at all. I would either eat out or make myself a quick sandwich. Then I read a determinant book entitled Living Alone And Liking It. I won't bore you with the details and I'll simply skip to the conclusion... In life, you have to treat yourself royally because you're the most important person for yourself. From there, the art of making everyday special. A simple hamburger patty, a generous handful of fresh herbs (and don't tell me you're not a gardener or you don't have any space because herbs are generous, give them a bit of earth, some water, a ray of sunshine and they'll enchant you - a simple windowsill will do), a glass of tomato juice, a few spring onions, a bell pepper, a bit of hot sauce or chili powder and you have a delicious Delmonico sauce to serve along with some mashed potatoes chock full of minced chives, making the meal special. To make the sauce, after having cooked the hamburger in a skillet, reserve it to the side, add the sliced onions and diced pepper to the pan, sautée then add the tomato juice, hot sauce, and reduce the sauce. Return the hamburger to the skillet to heat through after having added the chopped herbs.

100_7763
photo Gato Azul

Et n'oubliez pas, pour endimancher l'ordinaire, de prévoir une belle assiette, celle qui vous plaît le plus, pour le simple plaisir des yeux car, après tout, vous êtes un invité de marque au banquet qu'est votre vie. Et, tant qu'à faire, chantez-vous ces quelques paroles...
And don't forget, to make an ordinary day special, to use a beautiful plate, the one you like most, just for the pleasure of your eyes because, after all, you're a very special guest at the banquet of your life. And while you're at it, sing these few words to yourself...

A SONG FOR YOU
...
I love you in a place where there is no space or time
I love you for my life, you are a friend of mine
...

7 commentaires:

marion a dit...

entièrement d'accord : il faut penser à sa pomme en 1er et se faire du bien ! Et d'accord aussi pour les herbes, j'en ai plein ma jardinière :)

Aline a dit...

Bonjour Gato Azul ! Cela fait maintenant un petit mois que je te suis (toi, tes superbes photos et tes recettes divines)Que dire de plus...que je suis entièrement d'accord avec ta philosophie de la vie...Je viens d'ailleurs de confectionner un délicieux cheese-cake (et je comptes le décorer de pétales de roses)La vie est trop courte pour ne pas s'en faire un spectacle quotidien !Bien à toi

louise (gato azul) a dit...

Ah les herbes, Marion... savais-tu qu'elles aiment se faire chatouiller? essaies voir... tu auras les doigts parfumés - essence d'estragon, essence de menthe, essence de thym :-)

louise (gato azul) a dit...

Bonjour Aline, comme tu dis bien les choses! l'image de ton cheese cake me donne de l'appétit!

Rosa's Yummy Yums a dit...

Tout à fait d'accord... Que cette assiette est belle! Tout un poème!

Bises,

Rosa

CFramboise a dit...

Merci Louise. Je prends cette ciboulette en fleur...utopie sur mon île! S'aimer soi-même pour aimer les autres. La lumière est belle chez toi, sûrement quelqu'une qui irradie ainsi

Tarzile a dit...

D'accord, je suis tellement d'accord!