vendredi 9 mars 2007

Homarus Americanus 1 - Homard nature et ses variations


Nature morte avec poissons, homard et huîtres
Giacomo Cerutti, dit Il Pittochetto

Voici sans contredit la manière la plus savoureuse, la plus délicieuse, la plus sensuelle et langoureuse de déguster le homard.
k
Homard nature, en carapace, avec comme simple accompagnement, du beurre fondu citronné et de la mayonnaise.
k
Puis, comme demandait ma filleule... Y'a quoi comme féculents? Un peu de riz (un beau riz basmati au jasmin, par exemple), ou une pomme de terre au four, ou des chips, ou à la rigueur, des frites. Des légumes crus et frais... tomates cerises, concombre, poivron rouge, un peu de fleur de sel. Un joli bourgogne aligotté bien frais.
k
Il faut les ustensiles qui vous permettront d'aller chercher chaque petit morceau de chair. Pinces, ciseaux, curettes de diverses taille, fourchette et couteau.
k
C'est long, c'est un rituel, c'est un pur délice.

k

Photo Gato Azul

J'ai la chance d'avoir un poissonnier qui me cuit le homard que je choisis dans le vivier. Je n'ai pas à sacrifier l'animal car, croyez-moi, c'est un supplice, sans compter qu'il est difficile d'être efficace quand on a les yeux fermés. Oh... s'il n'y avait absolument personne pour le faire et que j'étais sur une île déserte, tiens, je ferais bien un tout petit effort.


Photo Gato Azul

Zut! C'est un mâle! Ce qui m'emmène à vous donner la variation suivante, sans vouloir verser dans le coq à l'âne...
k

Lazyman's Lobster
(homard du paresseux)

Méthode
k
Bien que le nom de cette manière de présenter le homard soit peu flatteur, c'est quand même une manière élégante de le servir nature qui ménage les convives. Il s'agit tout simplement de décortiquer le homard à la cuisine après qu'il aura été cuit. Au dernier moment, avant de servir, simplement faire fondre une bonne quantité de beurre dans une poêle auquel vous aurez ajouté du jus de citron au goût, et retourner le homard dans la poêle pour quelques instants, juste le temps de le réchauffer. Servir aussitôt.
k
Photo Gato Azul
k
Après ces images, il n'y a rien d'autre à ajouter. Ah oui, quand même!
k
Tu étais très mignon. Mais tu es encore plus délicieux. Merci, cher ami.
k
Et voilà une blogueuse qui, en plus de jouer avec la nourriture et de la photographier dans tous les sens, se met à lui parler. Vivement des vacances!

5 commentaires:

Mamina a dit...

Le homard reste un mets exceptionnel qu'on apprécie chaque fois... la prochaine fois je lui parletrai pout faire durer le plaisire.

Gracianne a dit...

Il a l'air tres mignon, c'etait quoi son petit nom?

cristina a dit...

Coitado!!!
Bom appetite e bom fim de semana!

Gato Azul a dit...

Tem rasao, Christina. Infeliz Homarus Americanus. Nous avons tous oublié (ou presque) que chaque fois que nous mangeons poisson ou viande ou légume, nous sacrifions la vie pour survivre nous-même. Nous nions ainsi le sens sacré de leur vie. J'ai une amie qui élève des moutons en leur disant que leur rôle dans la vie c'est d'être en santé et heureux pour que les humains qu'ils nourriront le soient aussi. Nous ne dirons jamais assez... Merci.

Cathy a dit...

je n'ai fait qu'une fois du homrard et j'avais aussi demandé à mon poissonnier de le tuer (moi je n'aurais jamais pu) mais après quel stress ! et si je le ratais ? je n'ai jamais eu aussi peur de rater un plat !