vendredi 21 septembre 2007

Migration d'Outardes

Photo Gato Azul
k
Vue ce soir, cette bande d'Outardes (Bernaches du Canada) en route pour leur habitat d'hiver au Mexique. Ce matin, dans le brouillard automnal du petit matin, une dizaine de ces sauvagines bavardes est passée au-dessus de la maison... je n'ai pas été assez rapide pour prendre un cliché, mais ce soir, je me suis reprise.
k
On reconnaît l'Outarde par la formation en V de la bande lors de la migration. Le Service de la faune a ceci à dire sur cette formation de la bande :

Le vol en lignes diagonales ou en formations en « V » sert au moins deux buts. Le plus important, c’est qu’il aide les Bernaches à conserver de l’énergie et leur permet de franchir de plus longues distances. Les scientifiques croient que les Bernaches du Canada volent en formations en « V » parce que cette configuration produit l’effet du « tirant », où la Bernache qui suit, comme un cycliste dans une course, profite des courants d’air produits par la Bernache en tête, ce qui lui demande moins d’énergie pour voler. Une deuxième fonction de cette formation est de coordonner les mouvements de la bande, ce qui permet la communication rapide et efficace des changements de vitesse ou de direction à tous les membres de la bande.

On sait qu'une bande est à proximité par le dialogue incessant entre l'Outarde à la tête de la bande et les autres. Puis, rapidement, on aperçoit les oiseaux qui survolent à vive allure. On ne les aperçoit que quelques instants avant qu'elles ne disparaissent à l'horizon. Elles arrivent quelquefois à parcourir 1000 km en une seule journée! Les Outardes se relaient pour prendre la tête de la bande, la dernière « meneuse » se déplaçant à l'arrière pour se reposer.

Elles volent le jour comme la nuit et elles s'orientent d'après les étoiles la nuit et le soleil, le jour. Elles se servent également de leur odorat, de leur vue, et de leur sensibilité au champ magnétique terrestre en se servant de particules de magnétite logées dans leur cerveau. Cela m'épate sans mesure!

Le couple d'Outardes est fidèle pour la vie (comme les cygnes) et les liens familiaux sont très importants pour ces oiseaux fascinants. En nature, la durée de vie est de 23 ans par opposition à 42, en captivité.

J'ai trouvé, sur YouTube, ce vidéo qui vous permettra d'entendre le cri des Outardes lorsqu'elles se déplacent en bandes.




Phénomène fascinant et magique qui fait appel à une mémoire primitive. Il existe un film d'un artiste qui s'est donné comme défi d'enseigner la route de migration à des Outardes semi-domestiquées (qui avaient été élevées en captivité et n'avaient jamais fait le trajet migratoire). Les images prises durant le trajet entre le Sud de l'Ontario et la Virginie sont absolument époustouflantes. On peut se procurer ce film ICI.

6 commentaires:

Rosa's Yummy Yums a dit...

En effet c'est fascinant! Merci pour ce billet très intéressant et dépaysant!

Bises, bonne observation et bon weekend,

Rosa

renaissance a dit...

C'est le cycle de la vie mais c'est avec beaucoup d'émotions que je les vois partir
L'hiver est à nos portes
J'ai toujours hâte de les voir revenir

chat bleu a dit...

Tu a raison, Renaissance, c'est comme voir des amis partir.

lena sous le figuier a dit...

C'est beau ces migrations, et tellement mystérieux...

Chez moi, je n'aime pas voir partir les guêpiers, les loriots et les hirondelles! Les "routes" sont devenues si dangereuses en quelques décennies...

chat bleu a dit...

Tu as raison, Léna... on les dérobe de leur espace vital...

Anonyme a dit...

Le savez-vous? Les formations d'outardes en vol s'appellent
au Québec des voiliers...
Ker Abîme.